accueil pêche
 

  Les Carnassiers

Le Black-Bass Le Brochet La Perche Le Sandre Le Silure La Truite

  Informations utiles

Glossaire Pêche AAPPMA par région La météo en direct
  Divers

Les Recettes Nos partenaires Vidéos de pêche Jeux de pêche Naturalisation
  A découvrir

Chaussures et baskets Homme de grandes marques

Usine23.com pour homme

  Matériel Fétiche



Pêche du silure au poisson mort manié

Pêche du silure au poisson mort manié


Le Matériel
Silure au mort manié
Canne à lancer mort manié de 3.5 à 3,50 m
(puissante)
Moulinet mi-lourd mer ou saumon
Nylon de pêche : 35 à 50/100


 

Les conditions météorologiques les plus favorables sont un temps couvert et pluvieux, nuageux, accompagné d'un vent de sud ou d'ouest, un redoux après une vague de froid. Il est conseillé de profiter des périodes de crue et autres instants où l'eau est teintée.  

 

Cette technique a permis la capture de nombreux silures. Un poisson de 12 à 15 cm (gardon, tanches) est monté sur une Drachko n° 3 ou 4, ou toute autre monture comportant 2 triples, articulée en tête et à plombée interchangeable. Selon la profondeur ou la puissance du courant, la chevrotine placée en tête pèsera 10 à 20 g.
On peut également utiliser une monture mixte où un demi-poisson (entrailles comprises) est associé à un leurre souple du type virgule. Le silure, très sensible aux odeurs et au goût, apprécie ce type de leurre.

 

L'action de pêche :

 

Elle s'apparente à celle du brochet. On ramène lentement au ras du fond, par tirées irrégulières, et sursauts de 20 cm tous les 50 cm, puis entre deux eaux, le poisson n'hésitant pas parfois à attaquer juste sous la surface. Cette pêche est très lente, insistante, et elle se pratique près des obstacles immergés et autres postes favorables.

 

- En rivière : durant la journée, il faut le chercher sur toutes les places ombragées, en eau profondes, le long des berges abruptes et encavées par le flot principal qui apporte directement à notre paresseux sa nourriture. Il apprécie tout particulièrement les rives pourvues de racines et de branchages immergés, qui offrent des zones de frayères appréciées dès la fin du printemps. Un tronc d'arbre abattu au milieu d'un remous calme offre également une place de choix. Tous les secteurs situés en aval des ouvrages peuvent être fréquentés s'ils sont suffisamment profonds (fosses derrière une pile de pont, une digue, une écluse/. Le poisson se tient volontiers dans le lit central de la rivière, ainsi qu'à proximité de l'arrivée d'un tributaire ou d'un collecteur d'eaux usées, de rejets d'abattoirs, des eaux réchauffées par les centrales thermiques ou nucléaires. Le soir venu, il vient souvent chasser le long des herbiers de bordure.

- En étang, lac, retenue artificielle : ces milieux offrent un habitat de prédilection avec une nourriture abondante, des fonds vaseux sur lesquels il aime évoluer. On peut le rencontrer en lac de barrage, sur l'ancien lit de la rivière, au ras des herbiers précédant les eaux profondes le matin ou le soir, au pied des falaises et des éboulis rocheux, à proximité des îlots et des tributaires.



Le combat :

 

Les gros remous qui trahissent sa présence en surface n'en demeurent pas moins spectaculaires et impressionnants ! Conscient de sa force, il oppose son poids et sa taille en s'aidant du courant, et assène de grands coups au fond pour reprendre des forces. Lorsque la fatigue se fait sentir, il effectue des cercles de plus en plus courts avant de monter en surface dans un énorme remous.

 

La mise au sec : 

 

Elle se fait avec la main (qui doit être gantée pour éviter de se faire râper la peau), qui n'est employée que lorsque le poisson est épuisé. Le pouce, enfoncé dans la gueule, est coincé en arrière du massif de dents situé sur la mâchoire inférieure. Les autres doigts, placés à l'extérieur, forment une pince solide et assurent uns prise ferme. Le poisson est ensuite directement hissé sur la berge de manière à profiter de l'effet de surprise, en prenant garde aux violents coup de queues rageurs.

 

Indications supplémentaires :

 

Le silure cesse toute activité durant la période hivernale, où il tombe en léthargie. De même, il ne se nourrit guère pendant la période de reproduction que tout  pêcheur sportif se doit d'ailleurs de respecter. Il entre en activité dès lors que la température de l'eau atteint 14 °C. On peut espérer réaliser les premières prises de mars à mai, puis de juillet à octobre. Il est surtout actif la nuit (il faudrait qu'on puisse le pêcher durant ces heures !), à l'aube et au crépuscule.

 



Articles en relation :



 

  Records de pêche
Records de France Classement France Records Brochet Records Sandre Records Silure Records Anguille Records Black-Bass Records Carpe Miroir Records Truite fario
  Action de Pêche
Matériel de Pêche Techniques Pêche Saisons de Pêche Galerie de Photos
  A méditer
Yves Cochet (anc. ministre) P. Servigne (ingénieur) V. Mignerot (analyste) Solutions effondrement
  C&C et vous
S'identifier / s'inscrire Nous contacter
 

Un petit coin de l'aube sur le net, réalisé par des passionnés de la pêche aux carnassiers, accessoirement carpistes ;-)